Courses hippiques en France : les Russes pourront bientôt parier

Courses hippiques en France : les Russes pourront bientôt parier

Le 26/06/2015 | Réagissez à cet article 

La Russie qui souhaite développer à l’international sa filière de courses hippiques fait appel à l’expertise de la France. Une délégation des responsables français (PMU, PMC, France Galop, et Le Trot) ont obtenu un accord avec les représentants russes. Cette avancée, va donc permettre la Russie de développer des courses hippiques à la française, mais aussi aux Russes de pouvoir parier sur les courses hippiques françaises.

Le modèle français

En Russie, la grande majorité des courses se jouent au trot. Ce pays est un amateur de courses de chevaux, mais ces dernières ont surtout une portée nationale. La Russie n’a pas encore réussi à réellement exporter ses courses hippiques à travers le monde, comme le fond par exemple des pays comme les Etats-Unis et la France.

C’est donc à cette dernière qu’a fait appel la Russie pour développer son secteur des courses hippiques afin que celui-ci puisse s’internationaliser. La France va donc pouvoir amener son savoir-faire technologique alors que de nouveaux hippodromes devraient être construits, ainsi qu’une modernisation de ceux déjà  existants, et la construction de nouveaux haras et centres d’entrainement.

Les Russes pourront parier sur les courses françaises

L’autre intérêt de cet accord entre les représentants français des courses hippiques et les Russes, c’est d’ouvrir aux Russes les paris sur les courses hippiques françaises. Bientôt, les Russes pourront donc directement effectuer des paris depuis leur pays concernant des courses hippiques françaises. Cela devrait donc apporter énormément d’argents au secteur hippique français.

La Russie ne sera d’ailleurs par le seul pays à pouvoir miser sur les courses françaises, puisque les Italiens, les Suisses et les Belges peuvent déjà le faire. Ainsi, en 2014, les paris sur les courses françaises pris à l’étranger ont engendré un chiffre d’affaires de 700 millions d’euros au PMU. On imagine donc ce que pourraient rapporter les paris effectués depuis la Russie, dans ce pays comprenant plus de 140 millions d’habitants et de nombreux fortunés passionnés par les courses hippiques.

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères