Combien gagne un jockey ?

Combien gagne un jockey ?

Le métier de jockey est difficile. Ces sportifs sont soumis à une hygiène de vie extrêmement dure compte tenu des conditions physiques demandées : poids et taille réglementés, une vie entièrement dévouée à son cheval ou son écurie… Mais qu’en est-il de leurs revenus ?

Une rémunération aléatoire

Le jockey n’est pas rémunéré de la même façon s’il fait du trot, du galop ou de l’obstacle. De plus s’il n’est que lad jockey ou lad driver (jockey d’entrainement) il ne touchera pas de pourcentage sur la dotation des courses professionnelles puisqu’il n’en fera pas ou du moins pas avant d’avoir sa licence de monte que la société mère des courses délivre. Cela rend difficile une réponse catégorique concernant la rémunération d’un jockey professionnel.

Selon plusieurs estimations, un jockey est payé entre 915 et 1375 euros net mensuel en région parisienne et environ 763 euros net en province. A cela s’ajoute les primes en cas de monte gagnante :

  • Au trot c’est 5% du prix concouru environ.
  • Pour un jockey de plat c’est environ 10% du prix concouru en raison de la plus grande notoriété et des plus grosses dotations dans ce type de course.
  • Pour l’obstacle c’est approximativement 9% du prix concouru.

Il faut rajouter les indemnités de déplacement, les cotisations retraites… Souvent le jockey demande un pourcentage de plus à son propriétaire selon ses performances. Certains touchent aussi une somme fixe, entre 50 et 100 euros à chaque course disputée, quelque soit leur classement à l’arrivée.

Jockey : un métier qui peut être lucratif

La rémunération d’un jockey est très liée à ses performances lors des courses hippiques. Evidemment, les très bons professionnels, qui gagnent souvent, sont beaucoup mieux rémunérés que les autres. Par exemple, le célèbre jockey Christophe Soumillon (photo) fût le jockey le mieux rémunéré avec plus de 750.000 euros de gains sur l’année 2005.

De nombreux jockeys célèbres par leur palmarès se reconvertissent intelligemment dans le business des courses hippiques à leur retraite. Par exemple Freddy Head est devenu un entraineur de course reconnu après une carrière énorme : 2.937 victoires dont 4 fois au prestigieux Prix de l’Arc de Triomphe, qui se dispute chaque année sur l’hippodrome de Longchamp.

Vos réactions (3)
Coquard, le 14/11/2014

je vois que votre article ne souleve pas le probleme des deplacement en province et vice versa . moi je vous parle dune periode ou les entraineurs et proprietaires reglaient rubi sur l ongle ...les frais .. par contre dans l ere ou nous vivons ce n est plus lec cas .de grand s jockeys ne ce font plus payer les frais . cela casse le marche des petits agents de jockeys qui ont du mal à avoir des montes pour leurs personnel . nous vivons une epoque ou tout est marchandage et les plus gros tuent les petits alors que dans les courses a cause de pmu et france galop les reunions en 50 ans sont multipliees par 10 . ils devraient y avoir des grilles pour tout le monde pour les frais car ces pauvres jeunes pour qui le soleil brille ephemerement seront decus le jour aou la gloire sera termine et regrettterons le temps ou il s auraient negocies leurs frais je vous remerçis de votre atttention


Joao, le 15/09/2013

ni l un ni l autre, il faute tou just de choisir les chevaux et attendre leur arrivee, vous gagnez ci vous avait coche que les 3 premiers ou 4 ou les 5 soit dans desorder ou dans l ordre. je gagne plusieurs quintes 273 quintes en 2012 soit 13 dans l ordre et 260 quintes dans le desordre et plusieurs bonus 3 et 4. tout en utilisant une methode de 13 cheveaux a 186 euro de mise.


Jouvenceau, le 18/03/2013

2 937 victoires c'est énorme et j'éspere que si je suis Jockey (c'est ce que je veux faire plus tard) j'espere faire mieux !


Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères