Les bases du pari sportif en ligne

Les bases du pari sportif en ligne

Le 02/11/2009 | Réagissez à cet article 

Beaucoup de joueurs aiment parier sur les résultats sportifs car cela procure de l’émotion, de l’adrénaline.

Pourquoi ce succès ?

La part chance est très relative par rapport aux jeux de hasard comme ceux de la Française des Jeux. En effet, certains joueurs analysent de façon précise les différents résultats possibles, de manière à jouer plus intelligemment.

L’arrivée d’Internet a permis à un public plus large de participer, même si certains joueurs se posent des questions quant à la sécurité des paris en ligne. Voici les bases des paris sportifs pour les débutants, ce qu’il faut savoir avant de se jeter dans le grand bain.

Définition et principe des cotes

Les bookmakers fixent des cotes pour chaque évènement. Une cote correspond au montant que le bookmaker reverse au jour qui parie sur le bon résultat, pour un euro misé.  Ainsi, si un joueur mise 5 € sur un résultat ayant une cote de 2,7 et remporte ce pari, il gagnera 5 x 2,7 = 13,5 €. Son bénéfice sera donc de 13,5 - 5 = 8,5 €.

Les cotes changent tout le temps en fonction de différents paramètres : le niveau des équipes (donc les probabilités), la conjoncture sportive, le nombre de parieurs qui misent sur un résultat, etc.

La plupart des cotes sont fixes, ce qui veut dire qu’une fois qu’un joueur a placé son pari (c’est-à-dire, a misé), la cote ne peut plus bouger pour son pari. Les cotes continuent d’être modifiées par le bookmaker mais pas pour un résultat déjà joué. Plus une cote est haute, moins le résultat est probable, et inversement. En revanche, une cote haute permet au parieur un gain potentiel plus important. Il existe différents types de cotes que vous pouvez découvrir.

Les différents styles de paris sportifs

Il existe plusieurs types de paris, afin d’attirer des joueurs aux profils différents. Il est à noter qu’il est parfois possible de parier « en live », avec les cotes qui évoluent en direct pendant l’évènement jusqu’à ce que le pari du joueur soit lancé.

  • Le pari simple : il consiste à parier sur l’issue d’une rencontre. Dans le cas d’un match de tennis par exemple, le joueur choisi entre 2 cotes car 2 résultats possibles (victoire et défaite). Pour un match de football, il y a 3 cotes puisqu’un match nul est également probable.
  • Le pari combiné (pari multiple) : il consiste à faire plusieurs paris simples en même temps, ce qui permet une cote finale beaucoup plus élevée puisqu’elle est égale à la multiplication des cotes simples (c’est un « parlay »). Exemple : un bookmaker propose de parier en combiné sur 2 événements sportifs qui sont : le match OM-PSG et le match Chelsea-Liverpool.

Les cotes sont les suivantes :

  1. OM-PSG => victoire OM : 1,9 ; match nul : 2,2 ; victoire PSG : 2,5
  2. Chelsea-Liverpool =>  victoire Chelsea : 2,3 ; match nul : 2 ; victoire Liverpool : 3,1

Il est annoncé « pariez sur une victoire de l’OM et de Liverpool ». La cote sera alors de 1,9 x 3,1= 5,89. Si un joueur parie 10 €, il pourra remporter 10 x 5,89 = 58,90 €. Cela est donc plus intéressant que de parier 5 € sur une victoire de l’OM et 5 € sur une victoire de Liverpool. Dans ce cas, le joueur aurait seulement pu remporter (5 x 1,9) + (5 x 3,1) = 9,50 + 15,50 € = 25 €.

  • Le pari totalisateur : Tous les paris sont mis en commun et le total est ensuite partagé entre les joueurs ayant fait le bon pronostic.
  • Le pari à handicap : Le pari à handicap est une option de pari qui prend en compte et minimise la différence de niveau entre 2 adversaires. Cette méthode est utilisée couramment dans le cadre des paris sur les championnats sportifs.

Les paris « spéciaux » se font sur de plus en plus d’évènements

Il existe de nombreux paris « spéciaux », qui sont sans doute moins joués que les paris classiques (exemple d’un pari classique : donner le vainqueur d’un match), mais qui peuvent-être intéressants. Certains peuvent ainsi se tourner vers des paris qui laissent place à plus de chance s’ils ne connaissent pas très bien le sport.

Prenons ici l’exemple de paris que certains bookmakers proposent pour un match de football :

  • Le score à la-mi-temps : le pari consiste à trouver quel sera le score au bout de 45 minutes de jeu. L’équivalent au tennis pourrait être « qui va remporter le premier set ? ».
  • Le gagnant d’une compétition : avant ou pendant une compétition, le joueur parie sur le gagnant (exemple : le vainqueur de la Ligue des Champions 2011). Bien entendu, plus on avance dans la compétition, et plus la cote diminue.
  • Le premier but : il s’agit de trouver quelle équipe ouvrira le score.
  • Le premier buteur : le parieur doit choisir parmi les 22 joueurs sur la pelouse et les remplaçants. La cote sera donc haute car ce n’est pas évident. Celle d’un gardien sera dans ce cas bien entendu extrêmement élevée si elle est présente ! Il faut être un bon parieur pour tenter ce genre de paris, ou bien connaître assez bien le football et les statistiques des joueurs.
  • Le premier corner/la première touche : il faut miser sur l’équipe qui bénéficiera du premier corner ou de la première touche de la partie. C’est un pari ou les cotes vont être relativement similaires pour les deux équipes car leur niveau n’a pas une réelle incidence sur le fait d’obtenir en premier une touche ou un corner. C’est sans doute un des paris où la chance a le plus d’importance.
  • Le nombre de cartons : le but est de parier sur le nombre de cartons (jaunes ou rouges) que l’arbitre attribuera en tout et pour tout au terme de la rencontre.

Il existe encore d’autres formes de paris, qui diffèrent parfois selon les sites. On peut donc se demander si les paris ne vont pas parfois trop loin ?

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères