Poker en ligne : un algorithme pour distribuer les cartes ?

Poker en ligne : un algorithme pour distribuer les cartes ?

Le 01/06/2016 | Réagissez à cet article 

Qui dit poker en ligne, dit technologie, dit algorithme en pagaille. En effet, chaque site de poker doit disposer d’un algorithme le plus fair play possible afin que chaque joueur ait une chance de remporter des gains. L’algorithme lié à la distribution des cartes fait débat en ce moment.

Trucage? Bad Beats en pagaille? Rôle de l’ARJEL?

Nombreux sont les joueurs n’ayant pas eu une (ou plusieurs) bonne main qui mettent en cause la probité d’un site de poker en ligne. Que ce soit sur les forums ou lors des tournois live, les doutes liées aux algorithmes chargés de distribuer les cartes existent. Clairement, la fiabilité de ces logiciels est essentielle pour assurer un climat de jeu propre et équitable.

Les sites de poker en ligne le savent et doivent, dans tous les cas, respecter le cahier des charges de l’ARJEL. Les exigences du gendarme des jeux d’argent en ligne sont claires : Equi-probabilité du « distributeur » de cartes, impossibilité de prévoir les distributions et impossibilité de rendre les algorithmes vulnérables.

Battre les cartes pour rester insoupçonnable

Concrètement, toutes les salles de poker en ligne ont mis en place des générateurs (aussi appelés GNA) blindés d’algorithmes afin que chaque distribution soit équitable et strictement aléatoire. A titre d’exemple, des plateformes très connues comme Winamax ou PokerStars utilisent la « science » des algorithmes développés par la société Quantis.

Il est important de souligner qu’au-delà de ces investissements réalisés par les salles de poker en ligne, des organismes indépendants vérifient la fiabilité des algorithmes utilisés. Il y a donc une double sécurité pour éviter les arrangements entre les sociétés productrices d’algorithmes et les salles de poker en ligne.

Cela ne va jamais empêcher les joueurs d’estimer que certains logiciels sont truqués, mais les efforts technologiques sont bien là. De plus, cette défiance des joueurs est avant tout psychologique. Autrement dit, pourquoi feraient-ils plus confiance à un croupier qu’à un algorithme alors que ce dernier est bien moins vulnérable que le premier?

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères