Paris hippiques : l’année 2017 en quelques chiffres

Paris hippiques : l’année 2017 en quelques chiffres

Le 22/02/2018 | Réagissez à cet article 

Enfin, l’univers des paris hippiques semble aller mieux. L’année 2017 marque une hausse de l’activité hippique par rapport à 2016. Cette progression soulage les acteurs de ce marché, qui voyaient le secteur chuter depuis 4 ans. Malgré ces bons résultats, il faut rester prudent, car il ne faudrait pas que 2017, ne soit qu’un moment de répit. Toutefois, on peut noter l’efficacité du plan PMU. 

Une progression de 8%

En 2017, l’activité hippique enregistre 999 millions d’euros de mises. Ce résultat frôlant le milliard d’euros est en progression par rapport à 2016, ce qui n’était plus arrivé depuis 5 ans. Ainsi, en 2017, le secteur des courses hippiques a connu une croissance de 8 %.

Le nombre de parieurs actifs a lui aussi progressé passant de 484 000 joueurs en 2016 à 523 000 en 2017, soit une hausse de 8 %. Au final, le produit brut des jeux progresse de 5 %, entre 2016 (234 millions d’euros) et 2017 (245 millions d’euros). 

Il faut savoir que 20 % des parieurs sportifs en ligne, parient entre autres, sur les courses hippiques. Et ils sont 11 % de l’ensemble des parieurs à jouer uniquement sur les courses hippiques. 

La grande majorité des parieurs hippiques sont des hommes (83 %) et 75 % ont plus de 34 ans, dont 35 % qui ont au moins 55 ans. 

Des paris en ligne qui boostent le secteur

Cette progression de 8 % est majoritairement obtenue par les paris hippiques en ligne. En effet, le réseau des paris physiques a vu son chiffre d’affaires progresser de seulement 1 % en 2017. 

Cette observation n’a rien d’étonnant puisqu’aujourd’hui, les paris en lignes sont de loin la première plateforme de paris, et qu’en plus le plan lancé par le PMU pour relancer l’attractivité des paris hippiques concerne essentiellement les paris en ligne. Le but étant de donner une image plus moderne et plus attractive pour les jeunes parieurs en ligne qui privilégient des disciplines comme le foot, la basket ou le tennis. 

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères