Le groupe Barrière va s’associer avec la Française des jeux ?

Le groupe Barrière va s’associer avec la Française des jeux ?

Le 23/09/2009 | Réagissez à cet article 

Quelques mois après la création de leur casino sur internet « LeCroupier.com », l’un des plus gros casinotiers français, représenté par son président Dominique Desseigne, envisage un partenariat avec la FDjeux.

Rappelons le principe des licences pour les sites de jeux d’argent

Eric Woerth a annoncé que pour la Coupe du monde de football 2010, la France doit être prête à l’ouverture du marché des jeux. Les licences, précieux sésames pour les opérateurs qui voudront exploiter des jeux d’argent, doivent donc être prêtes pour le mois de juin prochain. Ces licences de jeux seront accordées pour 5 ans avec des possibilités de renouvellement.

Selon l’Arjel, il y aura une centaine de candidats à son obtention. La « guerre » va commencer…

La Française des jeux ne veut pas se faire distancer

Le groupe Barrière serait éventuellement intéressé par la mise en place un partenariat avec la Française des jeux qui détient jusqu’à maintenant en France le monopole, et qui s’est surtout illustrée par ses mythiques tickets de grattage que l’on trouve chez les buralistes.

Pour la Française des jeux, cela permettrait de se mettre au poker en ligne après les paris sportifs. On a vu que le PMU s’est beaucoup activé ces derniers temps, ils veulent s’imposer comme un bookmaker en ligne solide, capable de rivaliser avec les plus grands comme Betclic, Bwin ou Unibet entre autres.

Pour rappel, en 2008, la PMU a soulevé 540 millions d’euros de chiffre d’affaires contre 219 millions pour la Française des jeux.

Le groupe Lucien Barrière avait déjà LeCroupier.com depuis Mars 2009

Le groupe Barrière a créé en Mars dernier le site internet « LeCroupier.com », un casino virtuel au budget de 15 millions d’euros dont la licence fût délivrée par les autorités de Malte. Traduit en français, il s’adresse surtout au public anglais, plus en avance vis-à-vis des jeux d’argent du point de vu législatif.

Comme la plupart de leurs concurrents, on peut jouer à la roulette, au blackjack, aux machines à sous, aux différents pokers, etc… Mais la grande nouveauté est que le casino en ligne est complètement en 3D. Cela rend la partie encore plus prenante car les graphismes sont impressionnants. Les avatars sont personnalisables, ce qui fait penser à Second Life.

La création a monopolisé pas moins de 80 personnes et le groupe compte bien sur internet pour grandir encore.

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères