Winamax aux Etats-Unis ?

Winamax aux Etats-Unis ?

Le 27/12/2011 | Réagissez à cet article 

On connait le succès de Winamax en France. Le site a réussi à s’imposer dans un marché ultra-concurrentiel, notamment grâce à l’appui de Patrick Bruel. Mais l’ambition de l’opérateur de poker ne s’arrête pas là, puisque le marché américain semble aussi l’intéresser.

La régulation du poker en ligne aux Etats-Unis

Alors que le poker en ligne arrive légalement aux Etats-Unis, de manière progressive et dans certains états seulement pour l’instant, les acteurs du marché des jeux d’argent américains sont sur le qui-vive.

Il faut dire que le moment est incroyable, dans ce pays emblématique du poker et des jeux d’argent qui refusait il y a encore quelques semaines toute régulation du secteur. La Commission des Jeux du Nevada a décidé de légaliser le poker sur internet après des mois de discussion et de négociation. Evidemment, un cadre réglementaire strict sera appliqué pour les opérateurs qui souhaiteront proposer leurs services.

Huit mois après le Black Friday qui a frappé l’Amérique, cette libéralisation sonne comme un coup de tonnerre, mais positif celui-là. Il faut dire que cela n’a pas été facile, étant donné les intérêts divergents des différents acteurs, à commencer pas les casinos en dur américains, qui voyaient comme une mauvaise nouvelle la possibilité de jouer de l’argent en ligne. Pour l’instant, ce ne sont que les résidents du Nevada qui pourront miser mais la régulation s’étendra peut-être au fur et à mesure.

Marc Simoncini, actionnaire de Winamax, l'annonce sur Twitter

Comme en France, il faudra respecter un certain nombre d’engagements pour pouvoir prétendre à une licence. Les premières seront probablement distribuées avant l’été 2012 et ce sont de gros casinotiers qui semblent favoris dans la course (Caesars Entertainement, Cantor Gaming…).

Et si Winamax créait la surprise en venant lui aussi apporter son savoir-faire aux States ? Marc Simoncini, actionnaire du site, a twitté hier que « Winamax se lancera probablement aux États-Unis en 2012 », ce qui commence à faire du bruit sur le web.

Il faut dire que Winamax a entrepris des discussions depuis déjà quelques mois avec les acteurs du marché américain, et que le site veut à présent « entamer la deuxième phase de son développait » comme l’expliquait Marc Simoncini. Le fondateur de Meetic explique aussi qu’il existe différentes possibilités d’implantation aux Etats-Unis, et si l'opérateur n’obtient pas de licence, il pourrait vendre sa technologie et/ou utiliser sa marque aux côtés d’un gros opérateur agréé.


Image : Patrick Bruel avec Winamax.

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères