Amaya Gaming rafle 2 sites de poker

Amaya Gaming rafle 2 sites de poker

Le 20/06/2014 | Réagissez à cet article 

Amaya Gaming est devenu l’un des monstres du secteur du poker en ligne grâce à une opération financière de grande ampleur. En rachetant 2 sites spécialisés pour un montant de 5 milliards de dollars, Amaya Gaming est désormais le Roi des cartes.

Des rachats risqués, mais potentiellement très rentables

Clairement, l’entreprise canadienne spécialisée dans les jeux d’argent a réalisé une sorte d’All-In. En effet, en mettant près de 5 milliards de dollars sur la table, Amaya Gaming a racheté le groupe Oldford qui est propriétaire de plusieurs sites dont les très réputés PokerStars et Full Tilt Poker (opérateur à l’histoire mouvementée).

Grâce à cette opération financière, Amaya Gaming devient le plus important groupe coté dans le domaine du poker en ligne, un véritable géant qui double par la même occasion Bwin. Depuis sa création en 2004, Amaya Gaming a su proposer une large palette de possibilités à ses joueurs, des machines à sous aux paris en ligne, en passant par le poker en ligne (coté logiciel de jeu).

85 millions de joueurs à portée de clic

Via ce rachat, Amaya Gaming met la main sur 85 millions de joueurs, ce qui est bien évidemment colossal (20 millions de plus que la population française…). Suite à l’officialisation de cette opération, Amaya Gaming a tenu à rassurer ses investisseurs en indiquant que ce rachat était parfaitement compatible avec son métier de départ, à savoir la création des logiciels de jeu en ligne. La nouvelle entité sera créée à l’île de Man (optimisation fiscale oblige).

Il est intéressant de noter que Amaya Gaming va pouvoir se lancer sur différents autres secteurs liés aux jeux d’argent comme par exemple la diffusion d’émissions télévisées spécialisées dans le poker en ligne, ou encore, l’organisation de tournois.

Enfin, la magie des affaires veut qu’Amaya Gaming, dont le chiffre d’affaires n’a pas dépassé les 155 millions de dollars en 2013, ait pu réaliser un tel rachat (le CA de Oldford est presque 10 fois plus élevé). Cela explique le fait que l’entreprise canadienne a nécessité un prêt bancaire de 3 milliards de dollars. Joli pari pour une telle entreprise…

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères