888poker, c'est fini en France ?

888poker, c'est fini en France ?

Le 21/12/2012 | Réagissez à cet article 

L’opérateur de poker en ligne 888poker connaissait un certain relatif sur le marché français selon les chiffres officiels. Aussi, l’arrêt de l’opérateur en France a été prononcé par l’ARJEL, ce qui clôture une année 2012 très moyenne pour ce secteur d’activité.

888poker, premiers symptômes ressentis fin 2011

En fouillant dans les archives, on se rend compte que l’activité de la room 888poker avait déjà commencé à balbutier lors du dernier trimestre 2011. Souvenez-vous, les premières rumeurs de fermeture de 888poker avaient alors émergé.

Pendant de nombreuses heures, les joueurs n’avaient pas pu se connecter au soft de l’opérateur, un réel cauchemar pour les joueurs de poker en ligne. De plus, de façon presque simultanée, l’une des principales plateformes d’affiliation avait annoncé la fin de son partenariat avec 888poker.

Déjà, les oiseaux de mauvais augure évoquaient sans tourner autour du pot la potentielle fermeture de 888poker. Rapidement, le site lui-même avait démenti cette information en soutenant qu’au contraire, le souhait des dirigeants était de continuer leur percée sur le marché français.

Licence abrogée ces derniers jours

Au même titre que PokerSubito, Poker888 vient de voir sa licence abrogée par l’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux en Ligne). Depuis plus de 2 ans, la liste des opérateurs ayant quitté le marché hexagonal s’est considérablement agrandie. Rappelons-nous qu’une room comme Titan a également fermé ses portes cette année. A ce jour, il n’y a que quelques opérateurs qui réussissent à survivre dans ce marasme dont PokerStars, Winamax ou encore PKR.

En cause, le sempiternel problème de la taxation à la « française ». Pour réussir en France il faut débloquer des budgets colossaux en communication comme ne peuvent le faire que quelques opérateurs. La mauvaise nouvelle est que la politique fiscale n’est pas prête d’être modifiée dans les mois à venir, ce qui empêche toute prise de risque de la part de potentiels nouveaux opérateurs.

Malheureusement, comme pour les artistes et les entrepreneurs, le marché français n’est plus un passage obligé, ce qui constitue un énorme manque à gagner pour l’administration fiscale qui s’obstine à taxe, encore et toujours…

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères