« Neuf de cœur » sur le maillot de l’OM : JPP remercie BetClic

« Neuf de cœur » sur le maillot de l’OM : JPP remercie BetClic

Le 07/12/2011 | Réagissez à cet article 

Les Olympiens étaient en déplacement hier soir à Dortmund pour un match décisif pour la qualification au huitième de finale de la Ligue des Champions. La loi en Allemagne interdit d'avoir pour sponsor un site de jeux argent en ligne, le marché n'étant pas encore légalisé. C’est donc BetClic, le sponsor habituel, qui a du se trouver un successeur le temps d'un match : l’association « Neuf de cœur ».

Un beau geste de BetClic pour JPP et son « Neuf de cœur »

Pour ce match de la plus haute importance, c'est l'association de Jean-Pierre Papin, alias JPP, qui a été désignée par le site de paris sportifs en ligne BetClic pour être le sponsor de se déplacement en Allemagne.

Une association qui tient beaucoup au cœur de l'ancien olympien et qui aide les enfants victimes de lésions cérébrales aux origines accidentelles, survenues pendant la grossesse ou après la naissance, qui peuvent causées par un ou des handicaps moteurs. Il s’agit notamment des déficiences et troubles intellectuels. Les enfants ont besoin de rééducation et de stimulation pour tenter de devenir tous les jours un peu plus autonomes.

L'association « Neuf de cœur » de JPP a pour mission de soutenir les familles autant par l'écoute que par des aides financières car les méthodes de soins coûtent chers, jusqu'à 17.000 euros par enfant et par an. « Neuf de cœur », c'est aussi de la recherche pour de nouvelles techniques de rééducation et un bulletin d'information qui paraît tous les deux mois, « la gazette ».

Hier soir sur Canal+, à l'issue du match, JPP a tenu à remercier l'opérateur BetClic.

Un véritable exploit pour l'OM

Il y avait plusieurs scénarios avant ce match pour que les Marseillais se qualifient pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Ils devaient gagner à Dortmund, faire un match nul et espérer une contre performance de l'Olympiakos face à Arsenal, ou encore en perdant par moins de trois buts contre Dortmund et espérer une défaite de l'Olympiakos.

Mais ces deux rencontres décisives avaient mal débutées. A la 45ème minute, avec 2-0 pour l'Olympiakos et 2-0 pour Dortmund, l'affaire semblait entendue et Marseille basculerait en Europa League. Mais dans les arrêts de jeu, Loïc Rémy réduisait la marque à 2-1, ce qui après une bien mauvaise première période phocéenne redonnait un peu d'espoir aux hommes de Didier Deschamps. Une lueur d'espoir encore quand Arsenal revenait à 2-1 tout comme l'OM et pouvait qualifier les Marseillais avec un nul.

Mais le temps passait dans les deux matchs et il ne restait déjà plus que 5 minutes à jouer en Allemagne quand, sur un corner, André Ayew reprenait de la tête un corner de Morgan Amalfitano et revenait à 2-2. Quatre minutes plus tard, Marseille n'avait plus d'autre choix que de gagner car le nul d'Arsenal devenait impossible à 1 minute de la fin avec un but de l'Olympiakos et le score final de 3-1 pour les grecs. Marseille devait donc inscrire un dernier but. Dans le dernier instant, Mathieu Valbuena offrait la qualification à l'OM d'une frappe non sans rappeler son but à Liverpool il y a quatre ans, agrémentée de quelques dribbles qui qualifiaient l'OM pour le tour suivant et plongeaient le magnifique stade de Dortmund malgré la neige dans une ambiance digne du sud de la France.

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères