Peut-on vivre du turf sur internet ?

Peut-on vivre du turf sur internet ?

Le 30/06/2010 | 4 commentaires

Les paris hippiques sont une sorte de véritable tradition en France, entretenue depuis des années par les bars PMU. Mais avec l’arrivée d’internet, ils attirent un tout nouveau public qui va vraisemblablement s’agrandir, une fois de plus, grâce l’ouverture du marché des jeux en ligne.

Face à ce phénomène, beaucoup de jeunes se demandent s’il est possible de vivre du turf. A cette question, la réponse doit être nuancée car, s’il est possible  de vivre des paris hippiques, tout le monde ne peut pas le faire.

Rigueur et concentration

Entre arrondir ses fins de mois grâce au turf et gagner assez pour en vivre correctement, il y a une grande différence non négligeable. Ce qui fait souvent défaut aux débutants, qui ne misent que quelques fois dans la semaine, est le manque de temps consacré à l’analyse de la course. Pourtant, même un parieur du dimanche doit posséder une certaine connaissance du terrain et des chevaux pour espérer gagner quelque peu. L’instinct ne suffit pas, on pourrait même dire qu’il n’a pas sa place dans la tête d’un parieur professionnel.

Vivre des paris hippiques nécessite une bonne dose d’énergie mais aussi beaucoup de patience et de stratégie, car gagner sur le long terme n’est pas de tout repos. Si vous souhaitez faire du turf votre métier, il est nécessaire pour vous de savoir gérer vos émotions. Vous ne devez pas vous emballer en cas de suites positives ou changer de mise en cas de suites négatives. Vous devez garder à l’esprit que la plupart des échecs sont dus à des erreurs comportementales. Discipline, rigueur et concentration doivent devenir des éléments indissociables quand vous jouez, si vous voulez pouvoir espérer gagner souvent.

Savoir analyser indépendamment des cotes

De plus, un turfiste professionnel ne va pas se contenter de regarder les cotes. Elles vont lui apporter des informations certes, mais il se doit d’aller plus loin. Le professionnel a perdu la dimension de jeu, il est là pour gagner sa vie et ne doit pas se réduire à faire comme tout le monde. L’avantage du turf sur internet est sans doute la facilité de placer des paris et le fait que les cotes soient bonnes. Cependant, il est aussi facile de dépenser son argent sans trop réfléchir puisque tout se fait rapidement, en quelques clics. Sachez que les bookmakers ont intérêt à ce que vos décisions se fassent rapidement, sans une analyse poussée, uniquement en se basant sur le niveau des cotes, parfois trompeur.

Si vous voulez prétendre au métier de turfiste, vous devez obligatoirement avoir une excellente culture des chevaux, être capable de prendre en compte tous les éléments extérieurs susceptibles  d’influer sur la course (conditions météo, forme du cheval, jockey,…) mais aussi être doué en statistiques. Vous devez seulement vous interroger sur qui est en mesure de remporter la course et ce, de manière objective, inutile de dire que l’affect n’a pas sa place dans cette profession. Ainsi, de multiples paramètres sont à prendre en compte et à combiner entre eux, la chance ne suffit véritablement pas.

Un bon turfiste doit savoir être un bon banquier

Etre un bon turfiste demande donc beaucoup d’investissement personnel et un mental d’acier, mais pas seulement. Il faut aussi être en mesure de gérer un capital financier et de miser en fonction de ce capital. Il est généralement conseillé de posséder un capital destiné exclusivement au turf et complètement indépendant de celui destiné à la vie de tous les jours afin de pouvoir gérer les va-et-vient des différentes sommes, sans risquer de se retrouver ruiné. Le turfiste professionnel doit se conduire avec ses dépenses comme un véritable banquier, d’autant plus qu’il n’est jamais sur de recevoir une paye suffisante à la fin du mois. C’est pourquoi la gérance du capital doit être la plus parfaite possible afin d’éviter au maximum de mettre le moral à rude épreuve. La plupart des parieurs professionnels préconisent de ne jamais parier davantage de 20% de son capital de manière à optimiser la gestion de son portefeuille. Il arrive toujours de perdre, c’est les aléas du métier, mais être un bon gestionnaire qui sait s’adapter et gérer son capital de façon professionnelle permet d’éviter les longues périodes de disette.

Pour finir, il y a donc quelques maîtres-mots à ne pas négliger dans le métier de turfiste professionnel : la patience, la rigueur, la connaissance du milieu et la capacité à gérer l’émotionnel et à le mettre de coté. Malgré tout, il reste toujours une part d’incertitude impossible à maîtriser totalement, avec laquelle il faut apprendre à vivre. Même les meilleurs ont des doutes, ça fait partie du jeu. Cependant, s’il vous manque une seule de ses capacités, il serait très risqué d’espérer gagner votre vie grâce aux paris hippiques. Vous pourriez y perdre beaucoup trop.

Vos réactions (4)
Eric fouque, le 15/11/2013

j'ai mis au point un système qui gagne de 50 à 1000 euros par jour. je pense 200 euros par jour en moyenne, et la ou ça me fait rire, je viens de trouver deux chevaux à 120 euros placé un payé 26 euros je l'ai pas joué alors que ma montante me disait de joué 40 euros dessus .l'autre fini avant hier a 10 euros honteux , j'ai joué que 10 alors que je devait joué 20 et j'avais le 3eme a 30 contre 1 à 4 euros place, couplé placé 100 euros, vraiment si on a des outils performants et un peu de jugeote, je m'estime meilleur que tous ces gens qui font le papier parce que mon système est bon . 3 h de travail et c'est tout hahahahahahahahahha ah oui 3 ans et demi de mise au point j'allais oublié.bonne soirée


Yannick, le 07/06/2012

oui on peut vivre du turf ,en jouant surtout au couplé et au simple (qui sont effectivement les jeux les moins difficiles du pmu) à condition de suivre très régulièrement les courses de chevaux (faut sacrifier son temps) car y a souvent des surprises avec les outsiders. Et en suivant régulièrement les courses et en prenant note des favoris qui ont échoués, le nom des drivers et des chevaux ect .. peut etre qu un jour vous réussirez à remporter souvent un quinté plus ordre ou désordre


Yves faure, le 13/09/2011

On peut gagner au PMU régulièrement, et c'est ce que je fais. Bien évidemment, ce n'est pas en suivant les pronostics des presses hippiques que vous y arriverez. Il faut vous informer au quotidien sur les courses, et le plus important est d'avoir une base de chevaux à suivre à la trace de façon à avoir les renseignements que les autres parieurs n'auront pas. Connaître les entraîneurs et les éleveurs est un très gros atout, cela me permet d'être au plus près de l'information et de faire le meilleur pronostic.


Thomass, le 25/07/2010

Vivre sa passion oui, vivre des courses oui à condition d'avoir ses propres chevaux ou son écurie. En vivre sur le net via les jeux pourquoi pas à condition d'être raisonnable et de conserver 50 % de ses gains à chaque jeu gagnant. En somme capitaliser en jouant. D'autres solutions existent.


Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères