Hugues Fournaise prouve que le poker peut être artistique

Hugues Fournaise prouve que le poker peut être artistique

Le 16/01/2010 | Réagissez à cet article 

Qui a dit que le poker n’était pas artistique ?

Hugues Fournaise, quand deux passions se rencontrent

L’année 2009 a été pleinement réussie pour Hugues Fournaise. En quelques mois, il a réussi à se faire un nom dans le microcosme des photographes de poker. Il nous présente sur son site HuguesFournaise.com les 100 photos qui ont marqué « son année de photographe sur le circuit professionnel de poker ».

Ses clichés sont plus connus sous son pseudonyme « Def » ou encore « defunkt ». A la base de ce succès, c’est une réelle passion pour le Texas Hold’em qui l’anime depuis 4 ans. Et quand celle-ci est cumulée avec celle de la photographie, le résultat est forcément réussi. Noir et blanc ou couleur, les expressions des visages sont retranscrites avec précision. Quel travail !

Le poker se prête bien à cet exercice

Dans chaque domaine se cache de l’art. Aucun sujet ne peut s’exonérer de son côté artistique puisqu’après tout, celui-ci étant subjectif, chacun d’entre nous peut être touché par un travail artistique. Et si « l'art ne reproduit pas le visible, il rend visible » selon Paul Klee, c’est bien parce que les techniques comme celles de la photographie sont capables de mettre en avant ce que le commun des mortels ne peut voir.

Hugues Fournaise a compris que le poker n’est pas un thème à part, bien au contraire. Considéré comme un sport par certains, il permet aux joueurs d’avoir des émotions fortes, du stress, des joies et des peines. La photo permet ce que la vidéo ne permet pas avec cette intensité et « Def » capte les émotions des joueurs de poker professionnels et amateurs avec force. C’est efficace.

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères