BetClic veut se faire une place dans la presse régionale

BetClic veut se faire une place dans la presse régionale

Le 12/01/2010 | Réagissez à cet article 

Depuis plus d’un an, Bwin a signé avec le groupe Amaury (Aujourd'hui en France, Le Parisien, L'Equipe). C’est au tour de BetClic de s’y mettre.

L’évolution des supports publicitaires pour les sites de jeux d’argent

Si depuis des années, les opérateurs de jeux qui sont à l’étranger annoncent via des bannières publicitaires sur des sites hébergés en France, qui eux-mêmes n’ont en théorie pas le droit d’en faire la promotion, c’est moins le cas pour la Française des jeux et le PMU. En effet, forts de leurs monopoles, ces opérateurs historiques ont profité des grands médias, surtout la télévision et la radio, pour faire leur promotion depuis des années. Mais ils n’ont pas tellement réussi à se montrer sur les milliers de sites internet et blogs affiliés car les rémunérations qu’ils proposent, via les régies et plateformes publicitaires, sont inférieures à celles des opérateurs bientôt légaux. Dernier exemple en date : Dailymotion. Le site de vidéos en streaming diffuse à la vue des internautes des bannières du bookmaker BetClic depuis plusieurs jours, et ce avant la licence obtenu par le site présidé par Nicolas Béraud.

L’année 2010 marquera un tournant dans la communication par la publicité des opérateurs de jeux. La bataille sera rude. Eric Woerth ayant « promis » l’ouverture du marché programmée pour la Coupe du monde qui débute en juin en Afrique du Sud, les partenariats se multiplient. On voit de plus en plus la FDJ et le PMU diffuser leurs offres sur internet, comme si l’ouverture du marché des jeux d’argent les avait poussés à se moderniser et se diversifier. Cette guerre se jouera sûrement sur internet mais certains anticipent de nouveaux réseaux de communication.

Le malin BetClic rattrape Bwin ?

La Presse Quotidienne Régionale (PQR) représente 18 millions de lecteurs  selon une étude EPIQ 2008-2009. Si le quotidien L’Equipe représente la principale source écrite des Français pour s’informer sur le sport, le sport est aussi analysé dans la presse locale, une sorte de tradition. Qu’il s’agisse de La Provence avec l’OM ou La Voix du Nord pour Le LOSC (Lille) – pour ne citer que deux exemples -, les lecteurs s’informent à travers un journalisme chauvin, et ils aiment ça. Cette audience captive serait-elle intéressée par les paris sportifs ? Le site de paris en ligne BetClic en fait le pari ! Le bookmaker a remporté l’appel d’offres lancé par le Syndicat de la PQR qui cherchait un partenaire. Parmi la cinquantaine de journaux régionaux, il y a Sud Ouest, Ouest France, La Dépêche du Midi, L’Alsace.

Le groupe Amaury, propriétaire du Parisien et de L’Echo Républicain entre autres, a quant à lui signé avec Bwin depuis 2008. Sa stratégie semble ainsi plus axée sur une presse bien impantée dans le monde du sport. Est-ce un avantage ? En tous les cas, même le papier va s’arracher cette année !

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères