Les jeux d'argent interdits en Gambie

Les jeux d'argent interdits en Gambie

Le 04/03/2015 | Réagissez à cet article 

À l’heure où la France se torture l’esprit avec la notion de liberté d’expression, les citoyens gambiens se voient priver de toutes les formes de jeux d’argent existantes. Voici ce qu’il faut savoir sur cette interdiction en Gambie.

Yahya Jammeh est ferme sur le sujet

Aussi incroyable que cela puisse paraitre au 21ème siècle, un pays vient d’interdire à tous ses habitants de jouer à des jeux d’argent. Qu’il s’agisse de la loterie ou des jeux de grattage, ils sont désormais tous prohibés. Le principe de base est de stopper net toutes les activités pouvant rapporter de l’argent aux parieurs. La démarche de Yahya Jammeh est toute particulière, et, il ne faut pas s’étonner que son pays soit l’un des plus pauvres au monde et l’un des plus instables.

Cette décision prend un effet immédiat, et ce, sur l’ensemble du territoire de la Gambie. Les casinos sont bien évidemment aussi concernés par cet arrêt. N’oublions pas que dans le même temps, Yahya Jammeh a également indiqué que toutes les importations de légumes étaient interdites. Aucun doute, cet homme veut le bien de son pays…

Des revenus en moins pour un État opaque

Yahya Jammeh a réfuté fermement l’argument selon lequel les paris permettent à l’État de s’enrichir. Selon lui, ces jeux d’argent ont une très forte tendance à rendre les hommes encore plus vicieux, notamment au sein des couches populaires, voire très pauvres.

Toujours selon cet oracle gambien (!), le coût des dérives liées aux jeux d’argent est trop important. Les jeux d’argent briseraient des vies et des familles. Toutefois, vu de notre lucarne, il aurait aussi pu mettre en place des campagnes de prévention comme cela est le cas en France. Yahya Jammeh met donc en avant des valeurs sociales pour lutter contre la cupidité.

Les joueurs et les parieurs gambiens vont donc devoir arrêter de jouer aux jeux de grattage, aux loteries et au casino. Selon nous, cela ne va développer qu’une seule chose, à savoir le marché noir…

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères