Aux Etats-Unis aussi, il y a des anti-poker en ligne

Aux Etats-Unis aussi, il y a des anti-poker en ligne

Le 26/06/2013 | Réagissez à cet article 

Aux Etats-Unis, on peut imaginer que le poker en ligne passionne le plus grand nombre. Pourtant, il existe de nombreux lobbies qui y sont naturellement contre. Récemment, le PDG du Las Vegas Sands a tenu des propos virulents à l’égard de notre jeu préféré en ligne, étonnant.

Sheldon Adelson contre le poker en ligne

Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas encore, Sheldon Adelson n’est autre que le PDG de l’une des chaines les plus importantes de casinos au monde, il s’agit du Las Vegas Sands. Il y en a un évidemment en plein cœur du Nevada, mais aussi à Macao (autonomie chinoise) et à Singapour. Ce magnat qui pèse des dizaines de millions d’euros vient de se soulever contre… le poker en ligne. En effet, dans une récente allocution, il estime que le poker en ligne est une « drogue » dont la toxicité est semblable à celle d’un cancer.

Des propos très controversés, surtout venant d’un tel responsable, alors aurait-il perdu la tête ? Pas vraiment, A l’heure où le poker en ligne vient d’être légiféré dans le Nevada, et, que d’autres Etats pourraient en faire de même (le New Jersey notamment, non loin de New York), Sheldon Adelson défend ses intérêts, lui qui ne possède « que » des casinos en dur. Bien sûr, les associations religieuses et les autres opposants à cette légalisation reprennent à tue-tête les propos du casinotier géant.

Sheldon Adelson ne reconnait aucunement sa mauvaise foi puisque les jeux en ligne représentent un réel danger pour les casinos en dur. Dans tous les pays, le chiffre d’affaires de ces derniers a toujours reculé (ou stagné dans le meilleur des cas) lorsque le poker en ligne a été légalisé.

Sheldon Adelson est à la tête d’un projet mirifique en Espagne

L’actualité de Sheldon Adelson est très dense puisqu’il participe activement à un projet dont l’objectif est d’établir un casino géant dans la banlieue de Madrid en Espagne. Après les Etats-Unis et l’Asie, il veut conquérir l’Europe dans un climat de crise.

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères