Les footballeurs Sagna et Diawara contre les paris sportifs ?

Les footballeurs Sagna et Diawara contre les paris sportifs ?

Le 06/02/2013 | Réagissez à cet article 

Alors qu’une information officielle vient d’être annoncée par Interpol concernant le démantèlement d’un immense réseau mondial dont l’objectif était de truquer des matchs de football, toute la planète du ballon rond tremble. Les footballeurs Bacary Sagna et Souleymane Diawara sont eux sceptiques quant à l’autorisation des paris sportifs en ligne.

Sagna totalement contre les paris

Suite à l’annonce de cette affaire, tous les journalistes se sont rués sur les footballeurs afin de les interroger. Dans le cadre du match amical entre la France et l’Allemagne, les joueurs Français n’ont pas dérogé à cette règle. Deschamps, Alessandrini, Sissoko ou encore Sagna ont été interrogés par la presse spécialisée. Le dernier nommé est d’ailleurs quant à lui totalement contre les paris sportifs en règle générale après cette nouvelle affaire de paris truqués.

Deux raisons le poussent à avoir ce raisonnement, premièrement il estime que ces agissements mènent toujours vers des événements négatifs (appât du gain, surendettement à cause du jeu, etc….), et, deuxièmement, étant de confession musulmane, les jeux d’argent sont tout simplement prohibés.

Diawara pas favorable

Aussi, le défenseur de l’Olympique de Marseille, Souleymane Diawara s’est exprimé à ce sujet en allant dans le même sens que le latéral droit des Gunners. Selon lui, les dégâts pouvant être causés par les paris sportifs sont énormes, notamment pour les supporters des clubs ou des nations concernés. Le fait de miser sur une équipe détruit le football selon lui et toute la passion saine qui l’entoure.

Deschamps opte pour un cadre réglementaire mieux défini

De son côté, le coach des Bleus estime que la suppression ne réglerait pas de tels problèmes puisque les paris illégaux pourraient alors avoir le vent en poupe. La Dech’ préférerait qu’un cadre soit défini avec plus de précision afin de limiter les risques. Il appelle à une forme d’uniformité législative au niveau continental, voire mondial. Mais cela est plus facile à dire qu’à faire, déjà qu’au niveau d’une nation cela est complexe alors au niveau de plusieurs Etats…

Enfin, Didier Deschamps résume à lui seul bien les choses : « Le risque zéro (de trucage) n’existe pas lorsque des paris sont en jeu ».

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères