Du jeu vidéo au jeu d’argent, il n’y a qu’un pas !

Du jeu vidéo au jeu d’argent, il n’y a qu’un pas !

Le 27/07/2010 | Réagissez à cet article 

Des étudiants lancent Multeegaming.com, site qui permet de gagner de l’argent en défiant ses amis et « toute l’Europe » aux jeux vidéo. Pendant ce temps, TF1 se lance dans le social gaming. Ou comment les jeux d’argent s’immiscent dans les jeux vidéo.

Rentabilise ta manette

Multeegaming.com, où le BetClic dont vous êtes le héros. Le principe est simple. Alors qu’avant, les soirées entre amis autour de la console était plutôt du type « le dernier de la Coupe du Monde sur PES est un looser », maintenant, vous pourrez gagner de l’argent en pariant sur le vainqueur ou celui qui encaissera le plus de but. Fini les « cap ou pas cap » virtuels, bienvenue dans les parties à cotes.

Gagner de l’argent grâce à sa console, oui, mais on est encore loin des pro-gamers coréens. Il s’agit surtout de s’amuser entre amis et éventuellement rembourser sa Xbox par exemple. Comme la plupart des sites de jeux d’argent, la 1ère partie est gratuite sous forme de remboursement en cas de défaite, un bonus classique. Mais là où Multeegaming diffère des sites de paris sportifs, c’est que les enjeux sont beaucoup plus limités. Ils sont de 1 à 20 € pour les débutants. Le plus gros montant est à 200 €, les grosses sommes sont débloquées qu’après une certaine expérience. Par ailleurs, un système de mise à deux vitesses selon le niveau des deux joueurs permet de rééquilibrer les chances.

Multeegaming est né d’un projet de 3 étudiants en management pour le Challenge « Projets d’entreprendre » organisé par l’incubateur de Télécom SudParis. Après avoir remporté le concours, ils ont porté le projet jusqu’en finale du concours de la fondation d’entreprise Ernst&Young. Depuis, ils ont enfin lancé leur société, Almateos SAS.

Le boom du social gaming

Près de 3 millions de Français joueraient sur les réseaux sociaux. Un succès grandissant qui attire les éditeurs de jeux vidéo bien sûr, et même TF1. La chaîne projette de développer des jeux sur ses émissions phares. Le premier en date, c’est Secret Story « le jeu », bientôt en ligne sur Facebook. « L'idée est de reprendre les grandes marques de l'antenne, parfois en amont de leur diffusion pour accroître leur notoriété » explique Claude Charpin, chargé des projets web de la chaîne. Des jeux qui peuvent rapporter beaucoup au groupe.

TF1 a également acheté la licence Bola Football, dont elle reprend le modèle économique. Un succès déjà testé aux Etats-Unis et en Amérique du Sud avec plus de 4 millions de joueurs inscrits. Bola est comme son nom l’indique un jeu de football, dont les équipes peuvent être sponsorisées par des grandes marques. Ces sponsors payent ensuite leurs équipes en argent virtuel.

Disponibles essentiellement sur Facebook, ces jeux sociaux comptent aujourd'hui plus de 400 millions de joueurs à travers le monde pour un marché de plus d’un milliard de dollars. Les éditeurs de jeux font leur beurre sur la vente d’objets totalement virtuels. Parce que si l’ensemble des jeux sont totalement gratuits, l’éditeur propose au joueur d’acheter des biens afin de progresser plus rapidement. Le prix des objets varient entre quelques centimes et une poignée d’euros mais à grande échelle rapportent gros. Zynga, le leader américain du marché, a déjà récolté plus de 500 millions de dollars cette année avec Farmville, son plus gros succès.

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères