«C'est grâce aux joueurs de club que j'ai intégré Betclic Poker»

«C'est grâce aux joueurs de club que j'ai intégré Betclic Poker»

 Par Elie PAYAN, Betclic Poker, le 20/12/2011 | Réagissez à cet article 

Elie Payan est un joueur de poker français qui compte. Fraîchement sponsorisé par le site Betclic Poker et vainqueur de l’Event 22 des WSOP 2011 à Las Vegas, il a répondu à nos questions.

KUZEO : « Bonjour Elie. Comment vous sentez-vous depuis votre intégration dans la Team Pro Betclic Poker depuis quelques jours ? Comment s'est passé votre intégration ? »

Elie Payan : C’est juste un rêve. L’évolution sur les 3 dernières années est juste folle : il y a 3 ans, j’étais encore amateur en apprenait à l’Orléans Poker Club. Il y a 2 ans, je commençais à gagner ma vie en cash game NLH en passant 6 mois seul à Vegas. 1 an plus tard me voilà détenteur d’un bracelet WSOP et sponsorisé par l’un des plus importants sites de jeux en ligne français. C’est juste un rêve dont je ne veux pas me réveiller.

Toute la communauté des joueurs de club m’a soutenu tout au long du concours et c’est vraiment grâce à eux que j’ai intégré la Team Pro Betclic. Quand je vois le nombre de votes réalisés par certains… Je ne les remercierai jamais assez.

Mon intégration se passe parfaitement bien. Je partage les valeurs de fair-play et d’esprit de compétition que Betclic Poker souhaite promouvoir au travers de sa Team Pro. En ce moment je suis assez impatient de participer aux premiers évènements sous mes nouvelles couleurs. Et j’ai hâte de rencontrer Tony Parker !

« Pouvez-vous rappeler comment vous avez réussi à obtenir ce contrat de sponsoring grâce aux internautes ? Que pensez-vous de cette proximité grandissante entre les joueurs professionnels et les amateurs grâce aux réseaux sociaux ? »

Betclic Poker propose 3 contrats d’une valeur de 100.000 euros pour rejoindre sa team pro. De mon côté, mon nom a été cité par d’autres joueurs professionnels en tant que potentiel joueur méritant d’être sponsorisé. Ensuite un vote sur le principe de « battle » à la face match a été organisé (cf. « the Social Network »).  Les joueurs cités sont tous d’excellents joueurs avec de bons voir de très bons résultats dans leur carrière (NDRL : Antoine Saout, Ilan Boujenah, Gabriel Nassif, Benjamin Pollak, Jean-Paul Pasqualini…). Autant dire que ce challenge était relevé et que la victoire n’était pas acquise d’avance ! Ensuite ce sont les internautes qui ont voté. Et c’est la communauté qui a fait tout le travail. Je pense que le travail réalisé sur mon image et le fait d’être resté proche des joueurs de club m’ont beaucoup aidé. Les médias aussi ont bien joués le jeu après ma victoire à Vegas.

Les réseaux sociaux sont une formidable opportunité de rester en contact avec les amateurs de poker. Ils peuvent nous suivre en quasi-instantané, nous supporter pendant les tournois en nous laissant des messages. Les joueurs professionnels peuvent communiquer comme ils le souhaitent, aussi souvent qu’ils le veulent : ce qui nous permet des échanges plus interactifs et proches des gens qui nous suivent. Bref, les réseaux sociaux apportent beaucoup à la relation entre joueurs amateurs et professionnels et cette proximité me permet de me rappeler aussi souvent que possible la chance que j’aie aujourd’hui.  

« Quels sont vos objectifs sous les couleurs de BetClic Poker pour l'année 2012 qui vient ? »

Mon premier objectif va être de répondre aux attentes de mon sponsor et de véhiculer les messages qu’ils souhaitent voir mis en avant. Ensuite, j’ai un objectif un peu fou : celui d’être le premier français à détenir 2 bracelets WSOP. Je veux continuer à enchainer les résultats en PLO et pourquoi pas essayer de réaliser la triple couronne dans cette variante.

Je vais également tenter de faire de bonnes performances en tournoi No Limit Hold’em car il ne faut pas oublier que c’est dans cette variante que je gagnais ma vie et qu’elle reste la plus médiatisée.

Enfin, j’ai le désir de travailler mon jeu on-line qui est encore perfectible. Je vais surement passer du temps à partager avec des joueurs spécialistes de ce domaine et bénéficier de conseils de joueurs expérimentés. C’est entre autre la raison pour laquelle je me suis associé, en octobre, avec pokerstrategy.com. Vous me retrouverez donc régulièrement sur Betclic Poker afin de m’assurer de mes progrès. L’année s’annonce déjà bien remplie…

« Comment trouvez-vous le logiciel de poker sur BetClic.fr ? »

L’interface est vraiment simple d’utilisation. Depuis la fusion de la plateforme Betclic avec celle d’Everest Poker, les liquidités sont plus importantes et l’offre de tournois est variée. Le logiciel a fait ses preuves aussi bien en termes de fiabilité que de sécurité. Et la synergie entre les sites de paris et de poker permet de trouver encore de très bonnes tables. Tous les ingrédients sont donc réunis pour faire de Betclic Poker l’une des meilleurs rooms du .fr.

« Vous semblez vivre un rêve depuis les WSOP 2011 ! Comment avez-vous vécu ces championnats du monde, qui vous ont vu triompher à l'Event 22 ? Quels sont les évènements qui vous ont particulièrement marqué ? »

Un rêve ! C’est bien le terme. Ne serait ce que pour la façon dont cela c’est passé, c’était un rêve. Une sorte de success story à la mode « Moneymaker » sous-titrée en version française « Payan »… Je regardais les WSOP de mes tables de cash game depuis 2 ans. J’avais tellement envie mais ma gestion de bankroll rigoureuse m’en empêchait. Et puis pour tout un tas de mauvaises raison, j’ai craqué. J’ai craqué mais en même temps je suis resté raisonnable : un faible buy-in avec un structure correcte et un edge potentiel avec une possibilité de faire ITM plus facilement que lors des boucheries du week-end comme on les appelle là-bas. Et puis, là encore, le rêve : un tournoi parfait jusqu’à la moitié du day 2 où mon stack n’a fait qu’augmenter. Arrivé en Table Finale, je ne voyais plus que la gagne quitte à sortir le 1er.

Ce dont je me souviens, c’est l’engueulade d’ElkY qui m’a ordonné de courir lorsqu’il s’est rendu compte que j’étais en retard de 30 minutes pour le début de ma table finale (NDRL : l’heure du début de la TF a été tout d’abord repoussée puis décalée à nouveau à son heure initiale) et de la difficulté que j’avais à me concentrer pour les photos officielles après ma victoire tellement mon esprit divaguait.

« Comment aviez-vous commencé à jouer au poker ? »

J’ai commencé il y a 5 ans lors d’un séjour à Londres. J’ai atterri dans une auberge de jeunesse où certains jouaient au poker. En tant qu’amoureux de la compétition, je me suis tout de suite pris au jeu et j’ai rapidement voulu apprendre à mieux jouer. Je me suis donc inscrit à l’Orléans Poker Club et c’est ainsi que l’histoire à commencé. Ensuite, partie privée, cash game en cercle, l’envie de tenter l’aventure malgré un travail en CDI, Las Vegas, la suite vous la connaissez…

« Quels conseils pourriez-vous donner aux nombreux jeunes joueurs qui rêvent de devenir professionnel ? »

De travailler beaucoup, d’avoir un mental d’acier car tout le monde connaît des moments difficiles, d’écouter, d’apprendre et de partager, de mettre son égo de côté car cela n’est pas incompatible avec l’envie de gagner et d’avoir une gestion de bankroll rigoureuse en essayant de ne pas griller les étapes.

Etre joueur de poker c’est un métier avec ses contraintes et ses avantages. Finissez vos études et assurez-vous de pouvoir faire autre chose si un jour vous en avez envie parce que l’on fait rarement le sens inverse.

Ensuite, avec de la volonté, de la patience et du travail, j’y suis arrivé alors pourquoi pas vous !

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères