«Le poker fait partie intégrante de mon quotidien»

«Le poker fait partie intégrante de mon quotidien»

 Par Rebecca GERIN, PMU Poker, le 09/07/2011 | Réagissez à cet article 

La joueuse Rebecca Gerin, ambassadrice de PMU Poker, revient pour KUZEO sur son parcours, son rôle avec PMU.fr et le rapport au jeu qu’entretiennent les femmes.

KUZEO : « Rebecca, en feuilletant ton dossier de presse, on apprend que ta devise préférée est "Tout vient à point à qui sait attendre"... Tu n'as pourtant pas mis beaucoup de temps à te faire connaître sur le circuit professionnel. Raconte-nous un peu ton parcours, de tes débuts jusqu'à aujourd'hui ! »

Rebecca Gerin : Mon parcours est un peu particulier. J'accompagnais Stephan, qui lui était sponsorisé à l'époque par Poker770, lors de ces déplacements. Je côtoyais le milieu du circuit professionnel sans trop vraiment l'approcher. J'ai commencé à jouer sur internet et j'ai accroché tout de suite par pur plaisir. C'est alors que la room, et plus particulièrement Emilie Bouchard, crée la première Team Ladies française et me propose de l'intégrer, je jouais alors mes premiers "live" exclusivement féminins.

Tout s'est enchainé très rapidement, il est vrai, car après le départ d'Emilie on me confie le statut de capitaine d'équipe. 5 mois après, invitée par Titan Poker pour l’ECPT de Barcelone, je termine deuxième et je réalise ma plus grosse performance à ce jour.

Puis vint l'annonce où l’ARJEL en a décidé autrement pour Poker770, qui n'obtient pas sa licence. Les Team Pro, ladies et VIP sont dissolus. Sans sponsor, nos moyens financiers ne nous permettaient pas de s'auto buy in tournois + déplacements, il fallait tourner la page, difficilement mais nécessairement. C'est alors que nous réfléchissons à reprendre une activité professionnelle et avons acquis deux affaires commerciales dans le secteur de la restauration.

Entre temps, l'agence de joueurs « Original Consulting » me contacte pour me proposer un entretien avec une nouvelle room, PMU.fr, et l'aventure a commencé avec ma plus grande joie. Aujourd'hui, nous gérons nos activités commerciales et nos contrats poker avec sérénité et épanouissement.

« Ambassadrice pour le site PMU.fr, de quoi relève ce contrat de sponsoring dont beaucoup de joueurs rêvent ? »

Certes, je fais partie d'une minorité privilégiée qui grâce a ce contrat de sponsoring me permet de jouer les plus grands tournois internationaux du circuit. Je sais aussi que je serai jugée sur mes résultats et mon implication dans la Team PMU.

Ma mission ne s'arrête pas là, je considère ce contrat comme une activité à plein temps et je profite de ce moment à 200%. J'essaie d'être la plus disponible pour les joueurs de la room, la presse et je participe activement à la rédaction de blogs, tout ce qui tend à promouvoir le site et le faire connaître.

« Guillaume Darcourt déclarait lors d'une récente interview à KUZEO.com qu'il avait l'impression "qu'aucune Team et staff ne sont aussi soudés" que celle de PMU... Tu le rejoins sur ce point j'imagine. Pour quelles raisons ? »

Effectivement, nous évoluons individuellement mais dans un projet commun celui de représenter la room avec le meilleur de nous même et de faire découvrir le poker à un public plus large. Notre force est surtout que nous nous connaissions très bien avant notre entrée dans l'équipe et nous aimons avec passion ce que l'on fait. Nous sommes également encadrés par de vrais professionnels avec des qualités humaines exceptionnelles.

« Capitaine d'équipe de la Team 770 avant la libéralisation du marché, tu as eu la chance de te voir proposer un second contrat de sponsoring cette année. Quel aurait été ton avenir au poker sans cela ? »

Le poker fait partie intégrante de mon quotidien. Comme quelqu'un qui fait du sport ou qui joue d'un instrument de musique, et bien moi je joue au poker : c'est mon divertissement, mon loisir. Sans sponsor, je n'aurais jamais pu m'auto financer des Main Event ou tournoi à buy in élevés, mais aujourd'hui avec internet il est accessible pour toutes les bourses. Les casinos proposent également de nombreux tournois très abordables. Je n'ai pas cet appât du gain même si je suis compétitrice, une victoire reste toujours une satisfaction quelque soit l'enjeu.

« Quel a été l’évènement qui a aidé à ta reconnaissance sur le circuit professionnel ? Une reconnaissance j'imagine, beaucoup plus difficile à établir lorsqu'on est une femme... »

Dans un milieu où la gente masculine est prédominante à 95%, lorsqu'une joueuse réalise un résultat c'est rapidement divulgué et médiatisé. Tout est relatif, moins les femmes sont nombreuses et plus les résultats se font rares.

Runner-up de l'ECPT de Barcelone et quelques résultats (1ère du Ladies d' Evian  et 6eme du ladies event de Monaco), j'ai pu me hisser dans le top 10 des meilleures françaises l'an dernier et me faire ainsi repérer. De plus, j'avais déjà l'expérience de faire partie d'un Team et d'en être capitaine. Puis, j'ai réalisé deux performances sous les couleurs de PMU dont la table finale du Mazagan où je termine 7ème et 11ème de « The One d'Everest ». Une petite citation d'Eric Haïk qui m'a fait sourire : « On va te regarder autrement maintenant »

« KUZEO vient de lancer une enquête exclusive pour comprendre les attentes des femmes au niveau du poker en live et en ligne. Sont-elles suffisamment mises en avant par les opérateurs de jeux en ligne selon toi ? »

Le marché du tournoi féminin est en plein expansion. Presque tous les casinos proposent des tournois Ladies, mais plus rarement en ligne, peut être dû au fait que le net est trop impersonnel, on ne retrouve pas la même ambiance qu'aux tables et la règle de l'exclusivité n'est pas souvent respectée.

Je pense tout simplement que nous avons besoin d'être reconnues comme joueuses à part entière sans discrimination sexiste, même si nous ne représentons qu'une minorité.

« Enfin Rebecca, j'imagine que tu participeras cette année aux WSOP. Une seconde victoire aux Ladies pour la France... c'est quelque chose que tu estimes possible ? En quoi consiste ta préparation pour cet événement ? »

Oui en effet, en tant que joueuse c'est un évènement à ne pas rater. Je ne peux pas me dire qu'une victoire reste impossible, du moment que je participe à un tournoi, je me dois de le jouer à fond et de me donner les moyens d'arriver au bout. Je dirais plutôt difficile, dans le sens où le field est relevé, le nombre de participantes élevé avec plus de 1.000 joueuses et la structure assez limitée avec 3.000 jetons de départ... Tu n'as pas le droit à l'erreur.

Je me souviens l'an dernier, j'ai joué un coup contre Evelyn N'Guyen où je trouve ma top paire avec AK sur un flop : KD2 rainbow, lorsque je fais ma cb, elle call et me revient dessus à la turn sur un 4 qui ouvre les cœurs. Si j'étais deep j'aurais pu éviter ce coup ou perdre un minimum de jetons, car dans cette configuration elle a au minimum double paire, mais j'étais déjà trop engagée et je boite : elle me call avec brelan de K :)

Cette année, j'essaierai de jouer un maximum de mains pour monter des jetons rapidement mais je prendrais le risque de buster aussi vite...

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères