«Il est indispensable de pratiquer le poker en ligne et en dur»

«Il est indispensable de pratiquer le poker en ligne et en dur»

 Par Pascal PERRAULT, joueur de poker professionnel, le 02/11/2010 | Réagissez à cet article 

Pascal Perrault est une figure des circuits de poker internationaux. Elu « personnalité du poker » en 2001 et classé n°1 en Europe cette année-là, il fait partie de ceux qui ont démocratisé, d’une certaine façon, le jeu en France.

Entre quelques mains à l’EPT de Vienne la semaine dernière, « Triple P » a très gentiment pris le temps de répondre à nos questions.

Kuzeo : « En mars 2010, vous avez quitté Poker770 pour Full Tilt Poker. Comment s’est déroulé ce changement de cap et comment vont vos résultats depuis 6 mois ? »

Pascal Perrault : Le changement s'est fait impeccablement ; je suis très heureux d'être chez Full Tilt Poker et très fier d'avoir été choisi dans l'équipe qui possède les meilleurs joueurs du monde.

Depuis, je joue beaucoup plus online, sur le site en « .com » et sur fulltilt.fr depuis son autorisation par l'Arjel. Quant à mes résultats, s’ils commencent à s'améliorer depuis peu sur le net, en live c'est toujours le calme plat. Ma période noire continue mais je ne suis pas inquiet. Avant de gagner l'EPT de Vienne en 2005, j'ai eu une période identique. Seuls les joueurs qui jouent depuis assez longtemps savent que ces périodes existent. Les autres sont étonnés quand ça leur arrivent. Moi pas. La patience n'est-elle pas une des qualités du bon joueur de poker ?

« En tant qu’ambassadeur de Full Tilt Poker en France, comment définiriez-vous votre rôle ? »

En jouant sur le net des MTT (Multi tables) à faible buy-in, je permets à celui qui le veut de pouvoir jouer un tournoi avec un pro. On me demande souvent, quand on me voit jouer un tournoi à 25, si je suis « broke » : non, je ne suis pas broke (rires) !

J'essaie de représenter Full Tilt au mieux. D'autres joueurs français viennent d'intégrer la room. Je parle d'Alexia Portal, de Jean-Paul Pasqualini et de Mikaël Oestreicher. J'en profite pour leur souhaiter bienvenue et bonne chance chez FTP.

Je fais aussi un blog où j'essaie un peu de partager ma vie de joueur. C'est sans ambition mais c'est un moyen de garder le lien avec les potes.

« Full Tilt est arrivé tard en ".fr" et semble s’adresser, par sa communication, aux joueurs qui connaissent bien le poker plutôt qu’aux débutants. Qu’en pensez-vous ? »

Non, c'est faux. Full Tilt est un site très pro et très complet, ce qui permet à chacun - bon joueur ou débutant - d'y trouver ce qu'il cherche. L'université de poker y est d'un super niveau pour tous les joueurs.

« Le poker en ligne révèle indéniablement des talents. Quelles sont les différences majeures avec le poker en dur selon vous ? »

Je pense que le poker en ligne permet à un débutant de pouvoir s'exercer pour pas cher, voire gratuitement et en jouant beaucoup plus de mains qu'en dur.

Maintenant, à un niveau supérieur, je pense que le jeu en ligne est plus mathématique et statistique. En dur, il y a une part de mathématique aussi, mais la part psychologique et humaine y a plus de place. Quoique, comme de plus en plus de joueurs live viennent de la sphère internet, les jeux et les modes de jeux se ressemblent de plus en plus. Je vais vous donner un exemple. On voit de plus en plus, en ligne, de raise UTG. Et bien, les joueurs live le font maintenant également, alors qu'auparavant, le vol de blinds se faisait généralement en late position. Ce sont des évolutions de jeu qu'il faut savoir. Donc il est indispensable de pratiquer les deux, pour comprendre le jeu.

« Quels conseils donneriez-vous aux jeunes joueurs quant à leur fréquence de jeu en ligne par rapport au jeu en réel ? Comment combinez au mieux les deux pour progresser ? »

J'ai des copains qui ont commencé à jouer en ligne gratuitement. Je pense que si l’on veut passer au live, il faut jouer en ligne en argent réel. Quand le jeu est gratuit, ce n’est pas la même chose que lorsqu’il y a quelque chose à perdre. Mais le faire toujours sans se mettre en danger et dans la mesure de ses moyens.

Entre les deux, on peut aussi jouer un peu en live avec ses potes pour se familiariser avec le maniement des jetons, etc. Les hésitations et le manque d'assurance peuvent donner des tas de tells à un habitué.

Après, c'est aux joueurs de créer leur propre équilibre entre le live et le net, en fonction de leurs goûts, de leurs résultats, de leurs disponibilités... Mais ne jamais oublier, pour s'améliorer, de lire et d'aller par exemple jeter un œil sur l'académie Full Tilt. Vous en apprendrez énormément.

« Aussi, quelles recommandations pourriez-vous faire à ceux qui cherchent un sponsor ? »

Apprendre, bien connaître le jeu pour pouvoir avoir des résultats et pouvoir se faire remarquer. Il n'y a pas de mystère : beaucoup de concurrents et peu d'élus. Cette compétition dans la compétition est très dure. Mais quand on veut vraiment quelque chose, je crois qu'on peut toujours. De la volonté, de l'espoir, du travail, et être toujours positif, même dans les périodes les plus difficiles, je crois que c'est le secret !

N'oubliez pas non plus de montrer que vous êtes fairplay, aimés par les autres joueurs, et que vous savez perdre, ou gagner, dignement ! En respectant les autres, et surtout les dealers, qui vont parfois vous faire gagner et parfois vous faire perdre. Mais qui font tout le temps un travail ingrat et difficile. Les sponsors apprécient les joueurs qui ont une bonne tenue et attitude à table. Ce qui n’empêche ni l'humour, ni la personnalité.

Il ne faut pas oublier que le joueur sponsorisé se retrouver en table télé. Je pense à un autre truc : une bonne connaissance de l'anglais, et un bon agent, ça aide, en plus du niveau et des résultats évidemment.

« Enfin, vous considérez-vous (déjà !) comme un ancien du poker ? Comment avez-vous vu évoluer ce sport depuis 10 ans ? Y-a-t-il un jour où vous pensez arrêter complètement de jouer ? »

Je suis un ancien du poker, c'est certain. Si on compare à la majorité des joueurs. Avec internet, le jeu a énormément évolué, et continue sans cesse. Cela me fait penser aux courbes de probabilité de présence des électrons. Il faut toujours essayer de comprendre ce que fait la majorité pour pouvoir se trouver dans le niveau juste au-dessus, où il n'y a que les meilleurs, qui s'amusent des moves des autres. Je dois avouer que ce n'est pas toujours facile d'y être (rires)

Des états de super conscience, sans besoin de drogue, où tout vous réussit et vous parait évident. Où la malchance n'a pas sa place. Ce sont des moments de plaisir tellement intenses ! La sensation d'être intouchable. C'est sûrement une des raisons du succès mondial du poker depuis 10 ans et le moteur de nombreux grands joueurs. Un vrai challenge. Bon j'arrête le délire (rires)

Oui, un jour c'est certain, j'arrêterai de jouer, mais j'espère que ce jour viendra le plus tard possible, si vous voyez ce que je veux dire...

Bonne continuation et merci !

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères