Les internautes jouent-ils uniquement par appât du gain ?

Les internautes jouent-ils uniquement par appât du gain ?

Le 08/10/2010 | Réagissez à cet article 

Le fait de parier est parfois considéré comme une affirmation d’un aspect pervers de l’humain. Cette théorie a été longtemps l’avis d’un grand nombre de gouvernements et a entraîné la mise en place de législations sévères visant à encadrer cette activité. C’est grâce à la récente pokermania que l’on a commencé à réviser notre vision des jeux d’argent.

Hasard et malchance

Le jeu peut changer la vie. Il offre la possibilité de gagner des millions d’euros à la loterie mais peut aussi entraîner un surendettement. C’est son rapport ambigu avec l’argent qui est responsable de toutes les névroses le concernant. Nombreux sont les témoignages d’anciens joueurs compulsifs, mais aucun ne place le gain comme le centre de cette activité.

Il peut s’agir d’une fuite en avant, comme dans le phénomène de « chasing » où le sujet continuera de jouer pour combler ses pertes, mais le plus souvent il s’agit du symptôme d’un mal-être plus profond. Ainsi, certains psychologues présentent la recherche d’un succès éclatant et rapide comme le moteur du jeu. Dans nos sociétés de loisirs, il commence à occuper la place d’un passe-temps des plus communs à tel point que l’appât du gain ne peut être la seule motivation.

Une occupation comme une autre ?

A l’inverse du poker, le pari sportif n’est pas une activité des plus lucratives. Les joueurs ne sont donc en aucun cas obnubilés par le solde de leur compte. La motivation la plus évidente est le frisson, la décharge d’adrénaline au moment d’un résultat gagnant ou pas. C’est l’instant de flottement qui précède la joie ou la colère qui pousse les parieurs sur les bookmakers en ligne ou tout jeu d’argent en ligne d’ailleurs.

Certains sites permettent de parier sur l’actualité mais le concept n’étant pas intégré dans la législation française, l’argent réel en est absent. Il s’agit de parier des crédits qui se renouvellent avec le temps. Les joueurs n’expérimentent que très peu la prise de risque et le ressort ludique repose entièrement sur la satisfaction éprouvée lorsque l’on arrive à pronostiquer les événements futurs.

Ce sentiment peut être retrouvé dans le poker. Gagner une main en lisant clairement le jeu de chacun peut y être rattaché. En effet, la satisfaction que l’on éprouve à dominer l’inconnu peut être considérée comme le moteur principal des jeux de hasard. En ajoutant à ceux-ci la pression générée par le risque, on obtient le cocktail responsable du succès des différents types de jeux d’argent à l’heure actuelle.

Réagissez à cet article
Merci de noter que nous passons en revue tous les commentaires avant qu'ils apparaissent sur notre site

Votre email ne sera jamais publié

Doit comporter au moins 20 caractères